Le Conservatoire botanique de Mascarin à l’ile de la Réunion

 

 consevatoire-reunion-02

Voyager est généralement l’occasion du dépaysement. S’aventurer entre l’équateur et le tropique du Capricorne, au milieu de l’Océan Indien, garantit l’exotisme !

 

consevatoire-reunion-01

L’île de la Réunion est l’une des trois îles de l’archipel des Mascareignes avec Rodrigues et Maurice. D’origine volcanique, elle étage sa végétation de 0 à 3000 m d’altitude sur des versants plus ou moins humides selon leur exposition « au vent » ou « sous le vent ». La diversité des espèces est ainsi assurée.

 

 

Le seul Conservatoire Botanique National installé Outre Mer l’est donc ici, depuis 20 ans. C’est un jardin botanique de 7 ha, reste d’un ancien domaine agricole qui s’étendait de l’océan au sommet des montagnes. Ce lieu à la fois scientifique, éducatif et culturel s’organise autour de la Villa, maison de maître restaurée et de ses dépendances.

 consevatoire-reunion-05

On peut parcourir les jardins au gré de ses envies ou guidé par un conférencier « péi », connaisseur évidemment mais aussi attaché à la préservation des espèces endémiques. Car les végétaux indigènes proviennent tous d’ailleurs puisque l’île de la Réunion a surgi du fond de l’océan à plus de 700 km d’une terre continentale. Certains sont restés sans modification – et on les retrouve identiques à Madagascar ou ailleurs – tandis que d’autres ont évolué sur place et donné des espèces nouvelles, endémiques donc, à la Réunion. L’introduction récente d’autres espèces qu’on peut ici qualifier d’espèces exotiques envahissantes n’est en revanche pas souhaitée. Ainsi en va-t-il de l’hortensia, quasiment considéré comme une peste envahissante !

Il y a d’ailleurs désormais interdiction absolue de tout apport de nouvelles espèces du continent vers l’île et inversement.

consevatoire-reunion-04g

Au Conservatoire de Mascarin, à SAINT-LEU, se côtoient huit collections végétales :

La collection Caféiers riche de 40 espèces différentes. Avant la canne à sucre, le café était au milieu du XVIIIème siècle, la principale culture de l’île.

La collection Ravine Bambous, extraordinaire cathédrale naturelle dont les piliers seraient les troncs des bambous de plus de 30 cm de diamètre et de 15 m de haut, et la voûte cette verdure élancée, perchée à leur pointe.

La collection Plantes Lontan qui retrace les étapes de l’occupation des terres.

La collection Verger où l’on découvre sur leurs arbres ces fruits qui fleurent bon les Tropiques : mangues, letchis, goyaves, papayes, grenades…

consevatoire-reunion-03

 – La collection Réunion, avec 50 espèces endémiques dont la majorité sont désormais menacées d’extinction. Et l’on apprend qu’arbres et arbustes endémiques étaient nommés par les Réunionnais « Bois de… » ou « Bois… » : Bois de fer, Bois d’ortie, Bois rouge-blanc, Bois de Joli Cœur… Tandis que les espèces importées étaient volontiers appelées « Pied de… » : Pied de pomme, Pied de poire…

La collection Succulentes. Chacun sait que ces plantes ne sont pas réputées pour leur délicieuse saveur ! La collection présente les espèces capables de s’adapter à des conditions extrêmes de vie, notamment la sécheresse, grâce à leur aptitude à stocker l’eau sous forme de « sucs »

La collection Palmiers mettant l’accent sur les bénéfices que l’homme a su tirer des différentes espèces mais aussi sur les risques de la surexploitation.

La collection Orchidées et Fougères qui bénéficie d’une atmosphère humide et associe des fougères considérées comme plantes archaïques à des orchidées qui figurent au palmarès des plantes les plus évoluées.consevatoire-reunion-06

Cette profusion et cette variété des présentations conduisent sur l’ensemble du jardin à un cheminement bariolé, encore agrémenté, autour de la Villa, de floraisons surprenantes, de plants de coton alignés en haie, d’un bassin aux superbes nymphéas et papyrus… On sait allier connaissances et plaisir… Tout cela habité d’oiseaux vivement colorés : le Cardinal d’un rouge intense, le Tisserin (appelé ici Bellier) plastronné de jaune citron, ou le Tec-tec plus modeste et qui fait penser à notre rouge-gorge, avec cette même hardiesse qui le fait s’approcher de nous, comme pour mieux paraître sur la photo !

consevatoire-reunion-07

 

Exotisme ? Oui. Mais conjugué avec le souci de la préservation d’un patrimoine certes magnifique mais en définitive très fragile.

 

Daniel et Thérèse, 29 décembre 2013

 

 

Le Conservatoire botanique de MASCARIN

SAINT-LEU    (ILE DE LA REUNION)

Haut de page