Jardin de Marigny à Moulins sur Orne

 

                                                                 Vu et entendu au jardin de Marigny

 

Tout au bout d’une longue rue bordée d’anciennes fermes restaurées aux pierres blanches éclatantes au soleil, une petite place…C’est là.

Une table avec un joli bouquet de Viburnum Opulus marque l’entrée du jardin de Marigny.

jardin-de-Marigny-1

 

« L’accueil est soigné » dit une visiteuse, attendant que le groupe soit au complet, ce qui ne tarde pas.

Nous empruntons une allée située au nord d’un grand bâtiment qui fut sûrement une grange. D’un côté une haie taillée, de l’autre deux imposants rosiers habillant le mur et une bordure de vivaces d’ombre.

On ne devine rien du jardin. On sait seulement qu’il couvre 9 000 m2

Dès que nous tournons le coin du bâtiment, le soleil et le vent nous assaillent.

Nous voici sur une placette gravillonnée.

A gauche, les deux fermes : un gîte et l’habitation des propriétaires séparés par une grande pelouse. En face, une pente légère bordée de grands massifs. On devine en haut la haie d’arbres qui sépare la propriété d’une pâture et qui l’abrite. Indispensable ce jour-là !

A droite, des compositions imposantes d’arbres et de vivaces.

 

Pascale Alexandre nous accueille.

Ce jour-là, le jardin est ouvert dans le cadre de l’opération ‘Vaincre la Mucoviscidose’. Pascale et Alain ont choisi de soutenir une association d’aide aux malades souffrant de la mucovicidose.

Devant saluer un groupe sur le départ, Pascale nous invite à commencer notre visite selon l’humeur de chacun.

Il y a ceux qui sont avides d’espace et se dispersent, pressés de découvrir la vaste pelouse où sont plantés des arbres isolés remarquables : Liquidambar, Fagus, Ginkgo

Il y a les autres qui s’attardent sur le premier massif. Les connaisseurs identifient un Betula nigra ,un Betula utilis, un Acer Griseum. Normal, Pascale nous apprendra par la suite qu’il s’agit d’un projet où les arbres sont choisis soigneusement pour leur écorce.jardin-de-Marigny-5
Jardin-de-Marigny---3

 

Puis Pascale nous rejoint et nous présente son jardin commencé il y a une douzaine d’années.

C’était un herbage que les vaches devaient arpenter dans les années antérieures.

Après avoir restauré la maison et transformé la grange en gîte, Pascale a commencé à planter. Sans connaissances particulières en jardinage, elle a donc fait toutes les erreurs que les débutants font (qui oserait lui jeter la pierre !)

Alors, Pascale et Alain sont allés visiter d’autres jardins .Il y a le choix en Normandie !

Ils y ont découvert des multitudes de plantes et surtout le besoin de structurer leur jardin.

Alain a fait des plans pour organiser les massifs, délimiter les pelouses, créer un ruisseau qui serpente entre deux bassins dont l’un est situé près de la maison. Et Pascale a planté, planté, planté, passant tous ses après-midi dans son jardin.Jardin-de-Marigny---6

Les massifs sont larges, profonds, pourvus d’une grande variété de plantes en grandes plages qui couvrent tout le sol. Dans chacun, des arbres ou des arbustes habilement choisis pour leur couleur ou pour leur forme. De nombreux rosiers dont nous n’avons pu, hélas admirer la floraison en raison du retard de la végétation cette année.

Des structures diverses ont été installées par Alain qui aime bricoler : pont sur le ruisseau, habillage d’un jardin clos en appui sur une ruine, pergola, arches… Elles habillent ou entourent les massifs, parfois dissimulées par la végétation.

 

La visite du jardin continue.

Certains sont attirés par l’impression d’espace et préfèrent déambuler au hasard des allées, les empruntant dans un sens, dans l’autre, appréciant la densité des plantations.

C’est un jardin vert que Pascale et Alain ont voulu créer et c’est réussi.Jardin-de-Marigny---4

A aucun moment on ne le voit dans son ensemble et l’on s’attarde plutôt à y flâner… Comme ces photographes en quête de l’image originale qui embellira leur album souvenir, ou alimentera le site de Balades et Jardins !

 

Pour les plus curieux de plantes, Pascale les accompagne, faisant découvrir ici un Nothofagus de belle taille (un coup de cœur de ses débuts) là un Epimedium aux graciles fleurs roses, tel Géranium dont nombreux notent le nom en vue d’un achat futur.

 

 Jardin-de-Marigny---8

 

Nous longeons les bassins et traversons le ruisseau, entrons dans le jardin clos adossé à une ancienne maison, passons sous une arche qui sera bientôt fleurie, nous arrêtant sans cesse pour discuter du choix des plantes, des particularités de culture, des échecs et des réussites. Et chacun de s’extasier devant l’énergie dépensée et les résultats obtenus.Jardin-de-Marigny---7

Un passage sous le vénérable marronnier couvert de panicules roses nous fait rencontrer le pépiniériste préféré de Pascale (Pépinière du Houlme , Le Mesnil de Briouze) Il a bien fait de venir et nous sommes plusieurs à succomber à ses charmes végétaux.

 

Le soleil déclinant, nous rejoignons la terrasse au bord du bassin inférieur pour quelques derniers échanges autour d’un pétillant verre de cidre local.

 

« Accueil soigné » disait l’une à l’entrée

« Merci pour cette visite et cette rencontre chaleureuse » dira le groupe au moment du départ

 

jardin-de-Marigny-9

 

 

Thérèse P       1er juin 2013

 

Jardin de Marigny

Pascale et Alain Alexander

 

61200 Moulin sur Orne

Tel      02 33 36 11 14/ 06 71 87 35 67

Répondeur : 03 86 68 74 44
Web : www.jardindemarigny.com
Mail : contact@jardindemarigny.com

Haut de page