Des vivaces belles toute l’année, Conférence Thierry Delabroye

Conférence Th. Delabroye

24 janvier 2015

20150124_115856_5_bestshot

  1. L’exposé du conférencier, fort intéressant et détaillé, n’a pas été linéaire. Les nombreux échanges (souhaités !) avec la salle, les réponses apportées ponctuellement aux questions ont parfois bousculé l’ordonnancement du discours. Le compte-rendu ci-dessous se veut fidèle aux informations dispensées mais pour une bonne lisibilité du propos, nous nous sommes autorisés à effectuer des regroupements par thèmes sans respecter totalement une rédaction chronologique. [Daniel Perrot]

 

Sommaire :

1.- Les hellébores

1.a.- Lexique et anecdotes

1.b.- Espèces

1.c.- Hybridations

1.d.- Culture

  1. D’autres espèces en fleurs en janvier
  2. Des feuillages colorés
  3. Les baptisias

 

 

 

  1. Les hellébores

 

1.a. Lexique et anecdotes

 

En latin : Helleborus – En grec : Helleboros

Masculin ou féminin ? Le mot est masculin. On devrait dire « un hellébore ». Mais dans l’usage courant le féminin est souvent employé.

On écrit aussi Ellébore (cf. dictionnaires Larousse et Robert)

 

Comment Thierry Delabroye est-il « allé vers les hellébores » ? L’hiver est long au jardin. Des livres de Roger Phillips et Martin Rix montraient de belles floraisons en février, il y avait des adresses… Un autre livre a été déterminant (mais il est désormais indisponible) : « Les plantes vivaces et leurs milieux » par R. Hansen et F . Stahl paru chez Ulmer en 1992. Autre déclencheur : le contact avec Mme Elisableth Strangman de la pépinière Washfield en Angleterre dans les années 1989.

 

L’hellébore que l’on appelle communément « Rose de Noël » est l’espèce niger.

Petite légende à propos de cette appellation « Rose de NoëL » :

 

Une pauvre petite bergère voit passer, le soir de Noël, les gens qui vont faire un cadeau à l’enfant Jésus. Elle n’a rien à offrir et se désespère de ne pouvoir lui apporter, elle aussi, un cadeau. Elle pleure. Ses larmes font fondre la neige et découvrent un hellébore qui a fleuri sous la neige. Elle en fait un bouquet qu’elle pourra porter en offrande. De là ce nom de « Rose de Noël »

 

L’hellébore niger ssp macranthus commence, dans le Nord, à fleurir fin novembre. Pour les hellébores x orientalis à floraison un peu plus tardive (février / mars), on utilise parfois aujourd’hui la dénomination commerciale de « Rose de Carême »…

 

 

1.b. Des espèces à partir desquelles sont réalisées les hybridations.

 

– L’espèce corsicus (argutifolius), qui pousse dans la pierraille et les terrains secs.

– L’espèce lividus dont le feuillage est marbré 01-H.-lividus. Origine :Majorque. Vit en sol rocailleux et craint le gel.

– L’espèce niger, plante médicinale, le plus toxique des hellébores (helleborus = plante qui tue). Origine alpine (Suisse, Autriche, Italie du Nord). La fleur est toujours blanche et rosit en vieillissant. Préfère les terrains calcaires.

– L’espèce thibetanus, asiatique, plante de rocaille fraîche.

– L’espèce viridis, à fleur verte endémique dans nos régions.

– L’espèce orientalis.

– L’espèce torquatus, venue des Balkans, avec des fleurs verdâtres, voire noirâtres.

– L’espèce liguricus qui vient du nord  de l’Italie fleurit tôt (novembre) et est parfumée (odeur fruitée).

– L’espèce abruzicus provenant des  montagnes des Abruzzes en Italie.

– Il existe une espèce odorus qui vient de Grèce.

– L’espèce vesicarius vient du Sud de la Turquie et du Nord de la Syrie. Elle perd ses feuilles en été, où il ne lui faut pas trop d’eau. C’est une plante compliquée à faire pousser, gélive.

 

Au Japon et aux USA les hellébores sont arrivés, il y a à peine quinze ans, plus tard que chez nous.

 

 

1.c. Des hybridations02-H.-x-sternii

 

x sternii du nom du botaniste Stern qui réalisa l’hybridation d’un corsicus  et d’un lividus .

De génération en génération, les hybridations conduisent à des plantes stériles sur lesquelles on ne peut plus rien faire.

Observation d’un membre de l’association : Mes Sternii dégénèrent, reviennent au type (corsicus) et perdent leur caractère lividus.

Les semis spontanés reviennent au type (1ère génération).

niger sur sternii a produit un hellébore, stérile mais qui peut-être cloné, nommé x Eric Smithii, à floraison blanche devenant cuivrée. Il existe de nombreux cultivars qui sont très florifères et aiment le soleil ou la mi-ombre.

niger sur corsicus a donné la variété x nigercors dont la floraison peut être blanc verdâtre (voir le cultivar ‘Candy Love’, crème puis rose verdâtre).

niger croisé à un hybride d’orientalis donne un hellébore qui fleurit précocement, mais est stérile et donc difficile à reproduire.

Il en va ainsi du cultivar ‘Marshmallow’ .03-H.-'Marshmallow' Le cultivar ‘Sensas’ est issu d’un croisement miracle entre niger macranthus et orientalis ssp abchasicus.

niger sur lividus a donné la variété x ballardiae.

– Le croisement d’un abruzzicus et d’un orientalis a un feuillage bien découpé.

– L’hellébore ‘Briar’, rose, 04-H.-Briar-rose est un croisement de niger et de vesicarius.

– On obtient des hybrides foncés grâce à l’espèce torquatus, mais les plus noires sont les moins poussantes.

– Lors des sélections, on essaie de garder des fleurs qui ne pendent pas trop. Mais elles ne doivent pas non plus être trop horizontales car elles seraient plus sensibles à l’eau et donc au pourrissement.

– Pour désigner l’existence d’une couleur au bord de la fleur on utilise le mot « picoti » (posséder des « picotis » roses, c’est être ourlé de rose), et pour les hellébores piquetés de petits points colorés au centre, c’est le mot « guttatus » qui convient.

– Hybrider un orientalis prend deux minutes ( le temps de prendre les étamines..). Mais il faut opérer des sélections drastiques et ne s’attendre à un résultat qu’au bout de 2 à 3 ans.

– D’une manière générale, le processus d’hybridation est relativement long :

Si l’on pratique l’hybridation aujourd’hui (janvier), on aura des graines fin mai. On les sèmera en juin-juillet. La germination se produira dans la période de Noël et du nouvel an. On effectuera un repiquage des petits plants en février. Ils grossiront pendant un an en pot de 13 cm dans du terreau sous tunnel, puis seront rempoter dans des plus gros pots. Au bout d’un an encore, 50% des plantes fleuriront et il faudra attendre un an encore. On mesure que cela immobilise les serres sur une longue durée.

 

 

1.d. Conditions de culture.

 

– Les niger adorent le calcaire. Si on croise niger et orientalis, l’hybride supportera mieux une terre acide.

– Les variétés méditerranéennes demandent du soleil et craignent les endroits ventés.

– Pour tous les hellébores, cultiver à la mi-ombre ou même au soleil pour certains hybrides comme les ericsmithii et apporter de la chaux.

– Peu d’exigences de soin. Couper les feuilles abîmées.

– Les hybrides sont peu sujets aux maladies. Mais attention aux pucerons (à traiter au savon noir), aux limaces qui mangent les fleurs et aux mulots qui adorent les boutons verts.

– Ne pas planter trop profond : le collet doit être au sec et on doit voir le dessus du terreau d’origine. Mais détasser profondément le sol car les racines peuvent descendre jusqu’à 80 cm. Si l’on recouvre le sol de mulch, veiller à ne pas en mettre au cœur des plantes.

niger possède un feuillage résistant. Dégager éventuellement le centre pour mieux voir les fleurs.

orientalis : si la plante est en situation peu abritée, ne pas couper les feuilles car elles constituent une protection.

– Il ne faut pas acheter des hellébores non fleuris car la couleur peut être aléatoire. Il faut choisir la couleur que l’on veut sur des plantes fleuries.

– Les hellébores doubles grainent peu. Mais de toutes façons il vaut mieux ne pas laisser trop grainer les hellébores. La suppression des gousses lorsqu’elles grossissent permet aux fleurs de bien vieillir.

– Au bout de dix ans, certaines variétés peuvent atteindre 1 m

 

05-Helléb.-d'1-m

 

  1. D’autres espèces en fleurs en janvier

 

– Le cyclamen coum peut être planté en compagnie d’hellébores. C’est une plante de rocaille qui se ressème moins facilement que le cyclamen neapolitanum. On peut répandre des cendres de bois autour des cyclamens pour aider le semis spontané.

– Les galanthus (perce-neige) également. Une petite légende, là encore :

 

La neige cherchait sa couleur. Elle s’adresse à la rose, qui refuse. Elle s’adresse à la violette, qui refuse également. Elle en rencontre beaucoup d’autres mais aucune fleur ne veut donner sa couleur à la neige. Elle rencontre cependant le perce-neige qui, lui, est généreux et accepte. Alors, en remerciement, la neige lui dit : lorsque je recouvrirai la terre, toutes les fleurs me détesteront, mais toi, jamais tu ne seras abîmé…

 

– Le chrysosplenium macrophyllum   06-Chrysosplenium stolonne comme le fraisier.07-Ypsilandra-thibetica

Très bon couvre-sol.

– L’ypsilandra thibetica  , difficile à trouver, fleurit blanc (existe aussi en bleu), mesure 30 cm et aime l’ombre du sous-bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Des feuillages colorés08-Carex-oshim.-'Everillo'

– Le Carex oshimensis ‘Everillo’  Belle touffe persistante de couleur dorée, plante très résistante, mais ne pas placer dans des racines d’arbres où l’ombre serait trop sèche.

– Le Carex elata ‘Aurea’ aime l’ombre ou la  mi-ombre lui aussi et demande de l’humidité.

– La Luzula sylvatica ‘Aurea’ de couleur dorée elle aussi (comme son nom l’indique) supporte très  bien l’ombre sèche.

 

 

 

  1. Les Baptisias

 

09-Baptisia-australisVivaces, elles aiment le plein soleil et tolèrent la mi-ombre. Légumineuses, elles ressemblent un peu aux lupins. Elles comptent 6 à 7 espèces botaniques. L’intérêt s’est d’abord porté sur l’espèce australis . Elle résiste à la sécheresse estivale, préfère un sol calcaire (pH de 7,2 à 8,5) mais pousse tout de même en sol acide (avec un pH de 5,8).

Autres espèces citées: tinctoria qui servait en teinturerie, et surtout, leucantha.

 

Il existe 40 à 50 variétés 11-Baptisia-divers  Il ne faut pas acheter des sujets trop petits, les limaces en sont friandes.

Constat qu’autour des vieux pieds les mauvaises herbes ont du mal à s’installer. Il pourrait y avoir (le conditionnel est important) sécrétion d’antibiotiques au niveau des racines.

Deux catalogues américains en ligne peuvent être consultés sur Internet : Wayside Gardens et Plants Delights.

Il y a très peu de producteurs de graines. La graine est en effet très imperméable à l’eau. Pour les semer, Thierry Delabroye les coupent légèrement.

 

 

 

Nota

Le temps a manqué pour aborder la question des épimediums, mais Thierry Delabroye s’est montré prêt à venir nous rencontrer à nouveau. Nous envisagerons la chose dans la programmation des conférences 2016 !

 

 

 

 

Je vous signale l’existence d’un petit film sur les hellébores (et notamment l’hybridation).
Ce film a été tourné par Philippe Minot pour son site http://www.jardin-jardinier.com/

Haut de page