La fonte des semis.

 

Cette maladie se produit soudainement aussi bien en serre qu’en pleine terre. Elle concerne les semis mais aussi les boutures et les jeunes plants repiqués à 2 ou 3 feuilles

 

Identification du phénomène.

Plusieurs cas :

– La base des plantules se teinte de brun rougeâtre puis noircit.

– Le semis présente des manques importants. Les plantules n’ont pas eu le temps de se développer.

– Des taches rouges apparaissent sur la tige.

– Les extrémités des racines se nécrosent.

Quelque soit le cas, la tige devient filiforme puis se dessèche. La plantule s’affaisse. D’où le terme fonte des semis.

 

La cause.

Il s’agit d’une maladie cryptogamique due à plusieurs sortes de champignons :

– les Pythium qui sont très présents dans le sol. Ils s’attaquent aux racines de nombreux semis d’où le manque à la levée ou un effondrement de la plantule qui semble saine.

– les Rhizoctonia qui sont responsables des taches rougeâtres sur les tiges et les cotylédons. Ils atteignent surtout les choux et les tomates.

– les Fusarium qui nécrosent les racines et produisent des stries sur le collet des plantules principalement sur les pois, haricots et courges.

 

Le développement de ces champignons est favorisé par le froid et l’humidité, la production de glucides apportée par les graines en germination stimulant leur croissance.

 

La prévention.

Comme il n’y a pas de traitement, une prévention efficace est nécessaire.

:

  1. Surveiller régulièrement les semis pour pouvoir intervenir rapidement.

 

  1. Contrôler l’humidité

Choisir un terreau et des contenants qui favorisent le drainage.

Arroser légèrement, plutôt avec un pulvérisateur ou bien par en dessous en plaçant les contenants dans un bac. Ne pas laisser les pots barboter dans l’eau !

Secouer les plastiques de couverture pour lutter contre l’excès de condensation.

 

  1. Contrôler l’aération

Ne semer pas trop dense et laisser de la place entre les rangs.

Eclaircir rapidement les semis trop denses.

Aérer régulièrement surtout dans les serres et châssis.

 

  1. Eviter les périodes trop froides. Dans les serres, l’utilisation de  câbles chauffants permet des semis hâtifs.

 

  1. Désinfecter les outils et contenants à l’eau de javel à 10% si l’on a eu des attaques l’année précédente.

 

  1. Eviter les apports de matières organiques peu décomposées et les engrais riches en azote, de même que les terreaux de sacs ouverts depuis longtemps.

 

  1. Préférer un compost bien mûr et tamisé qui contient des micro-organismes concurrents.

 

  1. Utiliser à titre préventif une décoction de prêle ou une infusion d’ail ou de raifort..

 

  1. Mettre du charbon de bois entre les rangs de semis pour assainir le substrat.

 

  1. En pleine terre, aérer la terre en la travaillant et si besoin en apportant du sable ou du paillis haché afin d’améliorer le drainage.

 

  1. Ne pas oublier la rotation des légumes surtout pour les haricots.

 

Mais ne désespérez pas, passé le stade de 3 ou 4 feuilles, vos semis seront hors d’atteinte de la maladie !

Thérèse Perrot le 1er mars 2014

Haut de page