Le désherbage

 

004 Gaillet Gratteron 2

Le désherbage, que ce soit au potager, dans les allées ou au jardin d’ornement, est souvent synonyme de corvée. Pour la réduire, plutôt que de parler de désherbage, parlons de maîtrise des herbes indésirables ou adventices. Cette maîtrise se fera en 2 temps: prévention et attention permanente.

 

Pourquoi maîtriser les indésirables?

Pour se développer, les plantes ont besoin de lumière, d’espace, d’eau et d’éléments minéraux.

Or, les adventices germent et poussent souvent plus vite que les légumes ou les plantes cultivées. Elles ont en effet développé une capacité d’adaptation pour survivre aux désherbages successifs.

Leur développement se fera donc au détriment des légumes ou autres plantes que l’on désire cultiver.

 

003 Fumeterre 1

Comment réduire le temps de désherbage?

Pour ne pas avoir à désherber, le mieux, c’est d’éviter de laisser pousser les indésirables!

  1. Au potager, plusieurs solutions:

– 1 Les engrais verts.

Sur les parcelles inoccupées, avant ou après une culture, on peut semer des engrais verts qui, par leur système racinaire dense et leur feuillage, vont limiter la germination des indésirables.

Au début du printemps, on couvrira ainsi les parcelles devant accueillir les tomates, les haricots, les cucurbitacées, les poireaux si ces parcelles sont vides. On coupera l’engrais juste au moment des plantations en laissant le feuillage sur place et en le couvrant de paillis. La surface restera propre toute la saison.

En automne, on sèmera sur les parcelles après récoltes, ce qui évitera de laisser la terre nue tout l’hiver

– 2 Le faux semis.

Cette technique est très ancienne.

3 à 4 semaine avant un semis, on prépare la terre en passant la grelinette, le croc et le râteau et on arrose comme si on avait semer. Les indésirables vont lever. Au bout d’une semaine, on sarcle en coupant les plantules au ras du sol. Il est important de ne pas couper sous la terre car les racines reliées à la plantule peuvent s’enraciner à nouveau, ni de couper trop haut car certaines herbes peuvent repartir. Le sarclage s’effectue le mieux par temps sec ensoleillé afin que les plantules que l’on laisse sur place, puissent sécher.

Ensuite, avant de semer on repasse le croc superficiellement pour niveler la terre et l’émietter si c’est nécessaire.

Dans un sol est envahi de chiendent ou de liseron, on peut repasser la grelinette et ensuite le

croc plusieurs fois pour enlever le maximum de racines, ce qui va contribuer à fatiguer l’indésirable.

– 3 Le semis en ligne

Pour faciliter le désherbage, il vaut mieux semer en ligne en mettant des repères aux 2 bouts des lignes. On pourra biner entre les rangs en attendant la germination des graines semées et ensuite on sarclera au plus près des rangs.

– 4 Le paillage.

Il est indispensable de ne pas laisser la terre nue. Il faut pailler avec tout ce qui est à votre disposition: tontes, broyat de paille ou de graminées, mulch de feuilles mortes; (cf le paillage sur le site)

– 5 L’utilisation de bioplastiques.

Il s’agit d’utiliser des plastiques fabriqués à partir d’amidon de céréales, donc dégradables en 3 à 6 mois et non toxiques. On les utilise pour des plantations d’oignons, échalotes, salades, cucurbitacées…Avant de planter, on étale le bioplastique sur un terrain nivelé mais légèrement bombé pour éviter des poches d’eau et on le fixe sur les bords. Puis, on incise pour planter.

– 6 Un entretien très régulier.

Le binage ou le sarclage sur des plantules ne prend que quelques minutes. En le faisant très régulièrement, on gagne du temps et on évite de la fatigue par rapport à un désherbage de plantes développées. Veiller à bien affûter la binette ou le sarcloir pour un travail plus efficace.

La binette convient aux plantes à racines superficielles. Il faut prendre son temps pour déraciner plutôt que de couper au collet.

 

 

Le sarcloir coupe les herbes, les racines restant dans le sol.

Si c’est efficace sur de jeunes plantules au système racinaire peu développé, cela l’est beaucoup moins sur certaines plantes qui repartiront de plus belle comme le liseron.

Si le terrain est infesté de liseron, chiendent ou autres vivaces résistantes, il faut les retirer avec un couteau désherbeur ou gouge avant de biner ou de sarcler. On ira ainsi chercher la racine plus en profondeur, ce qui fatigue la plante.

Binage ou sarclage se font par temps sec ensoleillé.

Il vaut mieux intervenir souvent quand il s’agit de jeunes plantules qu’on laisse sécher sur place sauf pour le mouron et les laiterons.

En cassant la croûte, le binage et le sarclage favorisent l’aération et l’ameublissement du sol.

022 Mercuriale 2  023 Céraiste

B  Au jardin d’ornement.

1 Le désherbage à la main.

Avant toute prévention, il faut que les massifs ou plates-bandes soient désherber.

Selon la surface et les herbes en présence, on utilisera les techniques vues pour le potager: couteau à désherber, binette, sarcloir. Il faut être vigilant sur les bordures, portes d’entrée des indésirables comme le chiendent. En passant le rotofil, on crée une surface tampon qui au fil du temps et des passages restera nue.

  1. Le paillage.

Si la première mise en place d’un paillage prend du temps, le travail de désherbage ira en diminuant de même que l’arrosage, l’apport d’engrais, le bêchage ou la protection contre le froid..

Sur une surface nettoyée et décompactée, on commence par apporter une couche de compost On peut ensuite mettre des cartons et on termine par une épaisse couche de paillis, au moins 5cm.

Selon les plantations, on choisira le paillage le mieux adapté: feuilles mortes broyées sous les arbustes, des herbes sèches broyées ou de la paille broyée ou des tontes entre les vivaces, des cailloux dans les rocailles. Il faut veiller à ne pas enterrer les tiges des fleurs  ou les troncs des arbres et arbustes sous le paillis, ce qui leur serait néfaste.

La mise en place du paillage doit se faire tout de suite après le nettoyage et sur une terre humide.

  1. L’utilisation de couvre-sol.

On peut planter des vivaces à fort pouvoir couvrant qui empêchent le développement d’indésirables quand elles sont installées: Epimedium, certains Geranium, les Symphitum, l’Origanum..

4 Un plan de plantation dense

Il faut éviter les espaces dégagés entre les plantes. Les adventices ne trouveront pas assez de place et de lumière pour pouvoir proliférer.

022 Mercuriale 1  018 Euphorbe 3   018 Euphorbe 1

  1. Le désherbage des allées et terrasses.
  2. Choisir de laisser les allées et les terrasses engazonnées ou enherbées.

Le passage de la tondeuse limitera le développement des adventices. Si on choisit le gazon, il faut prendre un gazon résistant au piétinement et ne contenant pas de vivaces rampantes telles que le trèfle. Les vivaces rampantes auraient tôt fait d’envahir les parcelles cultivées voisines, (potager ou plates-bandes).

2.Utiliser un feutre en géotextile.

On le place sous le sable ou les gravillons ou une épaisse couche de paillis. Il est efficace à condition que la couche de sable ou de gravillons soit épaisse. Il ne permet ni aux vers de remonter vers la surface et d’apporter de la terre, ni aux herbes ayant germer de s’installer. Un râtissage ou un sarclage de temps en temps doit suffire à maintenir la surface propre.

3 Le désherbage à l’eau bouillante.

Cette technique est ancienne. On utilise l’eau de cuisson de la cuisine. Cela détruit les herbes mais pas les racines profondes comme celles des pissenlits.

  1. Le désherbage thermique.

C’est le même principe plus onéreux mais pas plus efficace. En réchauffant la terre, on favorise même la germination des graines présentes.

  1. Le désherbage avec des produits naturels

– sel et vinaigre

Très tendance, naturel, peu onéreux mais pas bio. Vous mélangez 5l d’eau, 1kg de gros sel iodé et 200ml de vinaigre blanc et vous arrosez les herbes indésirables. Mieux vaut utiliser un pulvérisateur qui permet de cibler les feuillages. Lorsque les feuilles jaunissent, vous arrachez. Ce mélange n’est pas sans inconvénients: Le sel est toxique donc  pollue la terre et le vinaigre acidifie le sol. Il faut donc utiliser ce moyen avec parcimonie et sur des surfaces de passage: aire de stationnement, cour gravillonnée…Cette méthode n’est pas plus efficace que l’eau bouillante.

– purin d’ortie

Utilisé pur, donc très riche en azote, il agit en gorgeant le sol de nitrates et en intoxiquant les plantes.

C’est donc un moyen très polluant à éviter absolument!

015 Porcelle 2  017 Cardamine hirsute 3  017 Cardamine hirsute 1

  1. Le désherbage d’un terrain vierge.

il s’agit de désherber des surfaces destinées au potager, au jardin d’ornement ou pourquoi pas un carré de pelouse. Le but est de débarrasser la terre de l’herbe en se fatiguant le moins possible tout en l’enrichissant.

Comment procéder?

Six mois avant, il faut couper l’herbe le plus ras possible avec une tondeuse, une débroussailleuse, un rotofil. Les plantes à graines tel que les chardons seront coupées avant et jetées.

Ensuite, on étale une couche de compost sur l’herbe coupée, une couche de déchets verts du jardin   ( feuilles mortes, tontes, BRF..) Cette épaisseur végétale va nourrir toute la faune du sol, favorisant la remontée des lombrics qui transforment la terre compacte en terre grumeleuse plus riche en humus.

Puis, pour éviter les repousses, on recouvre la surface de cartons sur plusieurs épaisseurs en les croisant. A la rigueur, on peut mettre une bâche noire perméable. On termine par un paillis pour cacher le carton et éviter qu’il ne s’envole.

Au bout de 4 à 6 mois, on retire tout ce qui ne s’est pas décomposé et on travaille la terre à la grelinette ou une fourche à bêcher sans la retourner pour finir de la décompacter et retirer les racines qui subsisteraient.

On peut poser le carton directement sur l’herbe mais l’oxygénation du sol va être insuffisante pour tous les micro-organismes. En effet, les herbes coupées, en se décomposant, vont absorber l’oxygène présent au détriment des êtres vivants qui ne pourront assurer leur rôle d’amélioration du sol.

003 Fumeterre 2

  1. Le désherbage chimique003 Fumeterre 1

Dans le cadre d’une culture respectueuse de l’environnement, il est à bannir:

– pour éviter de nuire à la santé du jardinier qui se trouve au contact de produits nocifs,

– pour ne pas participer à la destruction des plantes voisines et du sol,

– parce que les substances actives utilisées se dégradent lentement et restent longtemps dans le sol,

– parce ces substances actives vont se retrouver dans les plantes semées, dans les nappes phréatiques,

 

 

 

 

Thérèse Perrot

Balades et jardins.  3 mai 2017

Haut de page