L’amélanchieramélanchier ballerina snow mespilus

Petit arbuste  de 3 à 6m de la famille des rosacés, proche des aubépines, des prunus, de croissance assez lente.

En avril, les bourgeons pourpres donnent d’élégantes fleurs blanches légères, parfois très odorantes et de belles petites feuilles vertes caduques.

En été des fruits d’un bleu profond se forment, ils sont comestibles.

A l’automne les feuilles deviennent  jaunes orangées, cuivrées.

leaves-228104_960_720

Plantation                          de préférence à l’automne,

Taille                                    après floraison si nécessaire,

Multiplication                   bouturage, au printemps, récupération de drageons

Arrosage                            les deux 1ères années.

Rusticité                              -10°C à -25°C suivant les variétés.

Sol                                          profond pas trop sec, plutôt acide, jamais calcaire.

Variété endémique du pourtour méditerranéen cultivé au moyen âge. En gaulois aballo ,en provençal amalenca.

amélanchier ovalis

Exposition                          soleil, mi ombre, à l’abri du vent.

Amélanchier ovalis :

  Amélanchier canadensis :

Originaire de l’est de l’Amérique du Nord, introduit en France en 1623 par Louis Hébert. Variété la plus couramment planté, drageonnant,  rustique (-25°C), port érigé, mellifères, fruits comestibles, belles couleurs d’automne, jaunes puis rouges.

Amélanchier lamarckii : assez grand 9 m, grandes fleurs rosées, fruits juteux.

Hybride du canadensis et de laevis.

Amélanchier alnifolia : à feuilles d’aulne, rustique, accepte les étés secs. Culture possible en pot.

Amélanchier asiatica Ballerina

 est  plus compacte (7 m x 3,50 m) aux inflorescences plus volumineuses et rosées en boutons, à la coloration automnale plus rougeâtre. Supporte le calcaire.

François Lefebvre

Balades et Jardins

21 avril 2018