Fèves et pois: des légumineuses.

 

Les fèves.

Originaire des régions de la mer Caspienne, la culture des fèves remonte à l’antiquité.

La fève ou Vicia faba fait partie de la famille des Fabaceae appelées couramment légumineuses.

 

Les fèves représentent un excellent atout dans une alimentation diversifiée.

Elles peuvent se consommer crues ou cuites, fraîches ou sèches.

Elles sont riches en protéines, en glucides, en minéraux ( magnésium, calcium, potassium) mais pauvres en calories. Leur richesse en fibres facilitent la digestion. Elles peuvent même entrer dans le régime des diabétiques car elles n’influent pas sur la glycémie.feves-en-fleur

 

La culture des fèves est facile.

Elles se sèment en sillons dans un sol propre ameubli sur 30cm à la grelinette.

En général, la terre de culture ne nécessite pas d’apport. Si on veut enrichir le sol, il faudra utiliser un compost complètement mûr ou apporter de la potasse une semaine avant le semis. On n’apporte pas d’azote car la fève en se développant absorbe et fixe l’azote de l’air au niveau de ses racines.

Pour le semis, deux possibilités: en poquets de 2 graines tous les 25 cm ou en lignes un grain tous les 10cm. Selon la période de semis, on enfonce les grains plus ou moins profond: à 4cm au printemps, à 7/8cm en automne. On écartera les rangs de 40cm, sachant qu’il est souvent nécessaire de les tuteurer avec quelques branchages.

idee-de-tuteuragePar expériences, je préfère les cultiver en rangs isolés, ce qui facilite le tuteurage et la cueillette, et permet de mélanger les cultures afin de contrer les attaques de pucerons.

La levée dépendra de la chaleur du sol: en général une dizaine de jours. Ensuite, il faut maintenir le sol propre jusqu’au buttage quand les plants atteignent 15-20cm. A ce moment-là, on paillera entre les rangs pour conserver l’humidité ou la chaleur du sol et pour limiter les adventices.

Quand les tiges portent plusieurs rangs de fleurs, on peut pincer au-dessus du 6ème rang: Cela permet d’éviter que les tiges ne se couchent sous le poids des gousses et de lutter préventivement contre les pucerons noirs qui s’installent souvent sur le haut des tiges.

Pendant la durée de la culture, on veillera à maintenir le sol humide, la fève n’aimant pas la sécheresse.

 

Le choix de la date de semis.

Selon le climat, il ya deux possibilités: en automne, d’octobre à début décembre, ou au printemps de mi-février à avril. Les fèves peuvent résister aux petites gelées non continues jusqu’à moins 5°C mais elles n’aiment pas les grandes chaleurs et la sécheresse. Une culture tardive est donc à exclure.

Un semis en automne quand la terre est encore chaude peut être envisagé dans notre région, éventuellement en plaçant un tunnel en janvier si la température descend.

Sur les cultures d’automne, l’attaque de pucerons, qui se fait sur le haut des tiges, sera moins gênante dans la mesure où les gousses seront déjà formées et pleines.

La récolte intervient dans les 3 mois après le semis pour les fèves semées au printemps, à partir d’avril pour celles semées en automne.

 

Parasites et maladies possibles.

-Les pucerons noirs: Comme ils se multiplient rapidement, ils peuvent compromettre la formation et le développement des gousses si l’invasion est trop forte. En prévention, on diversifiera les cultures voisines pour permettre la présence de coccinelles et autres insectes auxiliaires. La plantation de capucines à côté des fèves offrira aux pucerons un autre terrain de développement et limitera l’invasion sur les fèves. On utilisera aussi des pulvérisations de plantes répulsives: ail, menthe poivrée, rhubarbe, tanaisie, tomate. ( cf les infusions, décoctions et purins). On peut aussi retirer à la main les premiers pucerons.

– Le mildiou et l’oïdium: en action préventive, on utilise du purin d’ortie ou de tanaisie. Sinon on traitera le mildiou avec de la bouillie bordelaise.

 

Les plantes compagnes:

L’artichaut, l’aneth, la laitue sont de bonnes compagnes de la fève.

Par contre, la fève ne supporte pas le voisinage des Alliacées (ail, échalote, oignon) ainsi que celui de la betterave.

Une idée d’associations:

On sème les fèves en sillons espacés d’un mètre. D’un côté, on repique des choux à 25cm des fèves. Entre les choux, on repique des laitues qui ont une durée de culture courte et des fleurs. De l’autre côté, on sème des haricots ( selon la date du semis) et des légumes racines. Les fèves feront office de brise-vent et apporteront de l’azote pour les légumes gourmands.

 

La rotation des cultures:

Il faut attendre 4 ans avant de cultiver des fèves sur le même sillon.

 

L’apport au sol:

Les fèves fixent l’azote de l’air. Elles enrichissent le sol en libérant cet azote par les nodosités se trouvant sur les racines où il s’est fixé. Plutôt que d’arracher les tiges, il vaut mieux les couper et les laisser se décomposer dans le sol. Le feuillage restant peut être broyé à la tondeuse et déposé comme paillage sur le sol en vue de sa décomposition. On installera ensuite des cultures gourmandes comme les laitues, les poireaux ou les choux après avoir passer la grelinette pour décompacter le sol.

 

Les variétés:

‘Aguadulce': la plus connue, longues cosses, très hâtive, pour une consommation des graines jeunes;

‘3 fois blanche': rustique;

‘Red Epicure': résistante au froid et d’une jolie couleur;

‘Primabel': un très bon rendement;feves

‘De Séville': précoce, longues cosses;

‘Hystal': très précoce;

‘Aquitaine': la plus précoce;

‘The Sutton: précoce, forme naine;

‘Express Eleonora': croissance forte et rapide, longues cosses de fèves blanches;

‘Hangdown Grünkerning': précoce, longues cosses de fèves vertes;

‘Ratio':haut rendement, plusieurs tiges bien rigides;

‘Grenn Windsor': ancienne variété, cosses courtes, adaptée à la congélation;

‘Karmazyn': grains roses très gustatifs;

‘Masterpiece Green Longpod': grains verts de qualité supérieure, récolte remarquable;

‘Longue de Belgique': précoce résistante au froid, grains verts.

 

Les pois.

Le pois, Pisum sativum, fait également partie de la famille des Fabaceae.

C’est un légume riche en protéines, en fibres ,en potassium et en vitamines qui apporte 81 calories pour 100g.des-gousses-de-pois-bien-pleines

Les variétés.

On peut regrouper les pois en 2 grands groupes:

  1. Les pois à écosser.
  2. Les pois gourmands ou mangetout ou beurre.

Dans chaque groupe, on trouvera des pois à grains ronds ou lisses et des pois à grains ridés et dans chacun de ces sous-groupes, des pois nains et des pois à rames.

 

 

  1. Les pois à écosser.

-Les pois à grains lisses sont les plus rustiques et les plus précoces. Ils peuvent être semés en automne, d’octobre à début décembre quand la terre est encore chaude, ou au début du printemps, à partir de mi-février jusque fin avril, selon les régions. Dans des gousses jeunes, ces pois sont fins et tendres. Ces pois résistent à des gelées non continues de moins 5 à moins 10°C.

-Les pois à grains ridés se sèment au printemps à partir de mi-mars jusqu’à fin mai. Les grains récoltés sont plus gros, plus sucrés et tendres plus longtemps. Les plants résistent mieux à la chaleur. Ils aiment l’humidité. Ils sont plus productifs.

 

  1. Les pois mangetout.

A grains lisses ou à grains ridés ,le semis est plus tardif, en mars, avril, mai, juin selon les variétés.

On consomme les jeunes cosses. La récolte doit être régulière tous les 2 à 3 jours.

 

Les conditions de culture.cut

Les pois se cultivent au soleil non brûlant ou à mi-ombre. Ils n’aiment pas le calcaire, les sols lourds et la chaleur. La température idéale se situe entre 18 et 23°C le jour et 7 à 10°C la nuit. L’arrosage sera limité en début de culture pour favoriser la production de fleurs ( sans sécheresse cependant) et régulier sans excès par la suite.

Si le sol est trop lourd, on sèmera dans des sillons remplis de compost bien mûr.

On sème les pois en lignes tous les 2 à 3cm ou en poquets de 5 à 6 graines tous les 50cm.

En automne, le sillon fera 6/8 cm de profondeur et au printemps 3/4cm. Après avoir recouvert les graines, il vaut mieux poser un filet pour protéger le semis des oiseaux. Une lutte préventive contre les mulots est souvent nécessaire: soit planter quelques ardoises en travers des sillons, soit planter des tiges de laurier sauce le long des sillons pour un effet répulsif.

Les pois seront buttés une première fois 15 jours après la levée et une deuxième fois 15 jours plus tard. Ensuite, on paillera entre les rangs.

Si l’on sème des pois à rames, on installera des filets avant le semis et les rangs seront espacés de 1m.

Si l’on sème des pois nains, les rangs seront espacés de  50cm et on installera des tuteurs avec des branchages ( taille d’arbustes) quand les pois auront été buttés. Les pois nains se couchent souvent quand ils sont couverts de gousses.

Pour hâter le semis de février, on peut installer un tunnel plastique quelques semaines auparavant. Cela permet d’assécher le sol, de le réchauffer et de protéger ensuite le semis des écarts de température et des oiseaux.

La récolte, pour les semis de printemps, a lieu 3/4 mois après le semis, et, pour les semis d’automne, au printemps.

 

Les plantes compagnes.

Les pois aiment le voisinage des carottes, du céleri, des choux, de la laitue, des navets, des pommes  de terre, des radis. Cela permet d’envisager des associations diverses au printemps avec des semis ou des plantations au même moment.

 

Les apports au sol.

Ils sont les mêmes que pour les fèves. On gèrera les tiges de la même façon et on profitera de l’apport d’azote pour les cultures suivantes.

 

Les maladies et parasites possibles.

Le mildiou et l’oïdium: à prévenir ou traiter comme pour les fèves.

Les sitones:  Ce sont des charançons qui causent des dégâts sur les feuilles en début de culture. On les détruit en poudrant le feuillage avec de la cendre de bois.

Les thrips: Ce sont des insectes de 1 à 2mm, difficiles à repérer. Ils occasionnent des taches ou des marbrures sur le feuillage. On évite la prolifération en arrosant les feuillages. On peut traiter avec une décoction d’ail additionnée de savon noir.

Les tordeuses du pois: Ce sont des petites chenilles qui attaquent le feuillage. Le mieux est de couper les feuilles atteintes dès qu’on les repère et d’attirer les auxiliaires.

 

La rotation des cultures.

Il faut respecter une rotation de 3/4 ans.

 

Les variétés.

1 Les pois à écosser

-nains à grains lisses ou ronds:

‘Caractacus': le plus hâtif, à semer en novembre, très productif;

‘Charmette': 40 à 50cm, très hâtifs, très fins;

‘Feltham First': 45cm, idéal pour les semis d’automne, haut rendement;

‘Petit provençal: rustique et hâtif, gousses de7 à 9 grains;

‘Douce Provence': très précoce;

‘Proval': 40cm, précoce, amélioration de ‘Douce Provence’ et de ‘Petit Provençal';pois-mangetout

 

-à rames à grains lisses ou ronds:

‘Meiköningin':1,40 à 1,50m

‘Roi des conserves': tout est dit!

 

-nains à grains ridés:

‘Karina': très productif, précoce;

‘Merveille de Kellvédon': excellent, très précoce, récolte abondante;

‘Progres 9′:précoce et productif;

à rames à grains ridés:

‘Ambassador': 75cm, très productif;

‘Hurst green Shaft': très sucré, très  productif, haut rendement:

‘Onward': 60cm, semi-tardif

‘Rondo’ 90cm, vigoureux;

‘Téléphone': hâtif, 2m, très productif;

‘Senator':90cm à 1,10m,semi-tardif, sucré et fondant;

‘Télévision': 1,50m, moins productif que Téléphone;

 

2 les pois gourmands ou mangetout

-nains

‘Ambrosia': 70cm, rustique et productif;

‘De Grace': 70 à 80cm, hâtif et productif, grains ronds;

‘Heraut': 70 à 80cm, hâtif et très productif;

‘Norli': 50cm,très productif, très bonne tenue;

‘Oregon  Sugar Pod': 60cm, excellent, congélation;

– à rames

‘Weggiser': 1,50m, croissance rapide;

‘Sugar Snap Delikett': 90c, peut se semer dès janvier;

Vroege Hendriks: 1,20m, variété ancienne, pois tendre, supporte les gelées légères.

 

Balades et jardins. Thérèse Perrot. 1er octobre 2016.
Haut de page