les cyclamens

 

1

 

Pourquoi planter des cyclamens    10 bonnes raisons

 

Mes premiers cyclamens datent de plus de 20 ans ils se développaient doucement juste sous la fenêtre de cuisine sous des bouleaux….où rien ne poussait.  J’ai trouvé cela très bien surtout que je ne m’en occupais pas et que les plantes qui poussent bien ici sont peu fréquentes, le terrain est très ingrat.

Et puis grâce à JPL époque où les réunions se tenaient encore dans le centre Jean Savidan j’ai découvert les coums….Connaitre les coums était à JPL la preuve de faire partie des initiés ! Et lors d’une réunion j’ai eu l’opportunité d’obtenir une caissette de coums….j’avais mis le doigt dans l’engrenage.

 

Et puis comme l’écrit Christopher Grey Wilson dans son livre on devient vite addict !

 

1 Ils poussent là où très peu de plantes peuvent pousser, sous les arbres feuillus et résineux, endroits sombres, très secs en été. Les cyclamens sont pour la plupart des plantes des sous-bois donc d’ombre ou demi-ombre. Ils font leur végétation en hiver période où il n’y a pas de feuilles dans les arbres et entrent en repos pendant l’été. Ce cycle de végétation permet l’entretien aisé, passage de la tondeuse à gazon en fin de printemps.

 

2 Si la situation leur plaît, ils peuvent coloniser ‘’rapidement’’…. Tout un espace.

La multiplication se fait naturellement par graines qui peuvent être disséminées par les fourmis qui sont friandes du mucilage sucré qui entoure les graines.

 

3 Les cyclamens défendent bien leur place une fois installés ils laissent peu de place aux adventices concurrentes ! Pas besoin de les désherber.

 

4 Les plus communs fleurissent en automne, hiver, période où il y a peu de fleurs dans le jardin et ils peuvent faire des tapis impressionnants. Et en multipliant les variétés il est possible d’avoir des fleurs vraiment toute l’année, excepté pendant les périodes de fortes gelées.

 

5 Ils font de ravissants petits bouquets et ils tiennent très bien en fleurs coupées

 

6 Certains sont odorants, même très odorants, et sont utilisés en parfumerie pour son odeur florale. Eau de Givenchy. Ils répandent une agréable odeur, qui rappelle celle du muguet. Je l’ai trouvé référencé dans une liste de 14 senteurs florales. Acacia, cyclamen, jacinthe, jasmin, lilas rose, lilas blanc, muguet, magnolia, mimosa, narcisse, fleur d’oranger, orchidée, rose, pois de senteur.

 

7 Ils présentent des feuilles avec un graphisme et des couleurs remarquables

 

8 Ce sont des plantes résistantes aux maladies, je n’ai jamais eu de maladie donc pas de traitements. Ils résistent aux limaces et escargots excepté les semis au moment de la levée.

 

9 Ils vivent très bien en pot et font de magnifiques potées au moment de leur floraison. A placer sur une terrasse. Attention cela reste une plante d’extérieur, J’ai des plants mères depuis plus de 10 ans en pot.

 

10 Le semis en terrine est très facile et sans travail il permet la multiplication rapide du nombre de pieds

.13-hédérifolium.jpg-2

 

11

 

 

 

3 feuilles

Les sources d’informations :

Le net à prendre avec beaucoup d’esprit critique ;

Articles intéressant en Anglais

Morel extra mais uniquement pour les pro et sur le persicum

Forums en français aucun intérêt.

Jan Bravenboer un cultivateur hollandais chez qui j’ai acheté beaucoup de graines et toujours de bon conseil.

Deux ouvrages en Anglais rien en Français

Mon expérience, beaucoup de notes, d’expériences….Toutes les photos viennent du jardin excepté la carte de vœux.

Cyclamens coum de l’ile de Cos erroné en fait sur les bords de la mer noire…

Bulbes ou tubercules….

Des gousses au lieu des capsules

Les graines qui éclatent pour disperser les graines.

Le semis dans le noir absolu la moindre clarté bloquerait la germination (étude américaine Reading)

 

 

Le cyclamen son nom proviendrait du Grec, cercle ou couronne, tubercule fleur ?

 

Pendant l’Antiquité, le cyclamen était surtout connu pour ses vertus thérapeutiques : il contient un puissant toxique purgatif pour l’homme. Dans certaines régions, la croyance populaire veut que les cochons en rafoleraient : d’où leur nom vernaculaire « pain de pourceau »

Plusieurs fois les sangliers sont venus ils ont fait pas mal de dégâts mais n’ont pas touché aux cyclamens.

 

C’est une plante que tout le monde connait mais qui reste bien inconnue, il est très difficile d‘obtenir des informations pas de livres en français pas de docs, et sur les forums les discussions restent sommaires et truffées d’erreurs elles se limitent souvent à ; il suffit de planter quelques ‘’bulbes’’ et avec un peu de temps et de chances ils se ressèment tout seul et l’on obtient les fameux tapis qui font rêver ![]

 

Plan  conf V3

Précisions botaniques.

 

Bulbe ou oignon : organe souterrain composé

1 d’un plateau charnu (tige souterraine tassée)

2 d’écailles ou de tuniques (feuilles modifiées chargées de réserves)

3 d’un bourgeon terminal, narcisse, jacinthe

 

Tubercule partie renflée de certains organes,

Tige souterraine ou rhizomes : ex pomme de terre, topinambours

Racines : carotte, panais….

Mixtes : tige en haut, racine en bas chou rave céleri rave…

 

Il y a d’autres formes de réserves. Caïeux, Rhizomes, Cormes

 

Caïeu : petit bourgeon qui se forme à l’intérieur d’un bulbe, et qui entraine la fragmentation du bulbe en grossissant, échalote

 

Rhizome ; tige souterraine ou à ras de terre, ressemblant à une racine : iris, liseron, chiendent, fraisier…

 

Cormes, organe complexe ressemblant à un bulbe

C’est une forme particulière de rhizome glaïeul, safran

 

Cyclamen plante tubéreuse et non bulbeuse. Dans le commerce on parle toujours de bulbes !

Morel,  ‘’le spécialiste’’, dans ses articles grand public parle de bulbes !

 

Les cyclamens font partie des primulacées (primevère) et ont des fleurs hermaphrodites

       Ils sont entomogame la fécondation est assurée par les insectes

Principalement allogame (pollinisation croisée) certains seraient autogame.

Ils sont barochore les graines chutes naturellement sur le sol

Connerie internet les graines explosent ! Les graines sont dans des gousses ! (capsule. Fruit sec déhiscent formé à partir de plusieurs carpelles soudés et renfermant les graines.)

 

 

Les cyclamens sont d’origine géographique générale sur le pourtour du bassin  méditerranéen. Les noms sont significatifs, ( de Naples de Rhodes des Baléares de Perse de Crète de Chypre du Liban de Colchide  etc  ) Il y aurait 22 espèces botaniques de cyclamens, et selon leurs origines leur résistance au froid, la nature du sol, les conditions de cultures peuvent être très variables bien qu’étant d’une manière générale issues du pourtour du bassin certaines résistent très bien au gel et supportent le  -28°. Mais attention les espèces alpines généralement ne supportent pas bien les froids humides.

 

L’espèce animale ou végétale

 

La définition la plus communément admise est celle du concept biologique de l’espèce énoncé par Ernst Mayr en 1942 : une espèce est une population ou un ensemble de populations dont les individus peuvent effectivement ou potentiellement se reproduire entre eux et engendrer une descendance viable et féconde, dans des conditions naturelles. Ainsi, l’espèce est la plus grande unité de population au sein de laquelle le flux génétique est possible et les individus d’une même espèce sont donc génétiquement isolés d’autres ensembles équivalents du point de vue reproductif.

 

En d’autres termes une espèce botanique est une plante qui pousse spontanément dans la nature sans intervention humaine.

Il y a beaucoup de cyclamens vendus dans le commerce qui proviennent d’un arrachage sauvage dans la nature. Ce sont de réels cyclamens ‘’botaniques’’. Si l’on se contente de multiplier des espèces botaniques sans sélections ce seront encore des espèces botaniques, mais un travail de sélection les transforme en ‘’variété’’ Les plantes possèdent alors des caractéristiques propres à la variété et reproductibles.

 

Une variété ou cultivar :   2 notions très différentes

 

Une variété ou cultivar qui est issue d’un plant unique obtenu d’une graine d’une mutation et qui est multiplié par voie végétative naturelle ou humaine, stolons, oignons, tubercules, division de touffe greffe, marcotte bouture

Fraisiers, tulipes, pomme de terre, pommier, cerisier, camélia, , etc.  Toutes les obtentions portent un nom de variété ou cultivar. Le terme cultivar est synonyme de « variété cultivée » ou « variété horticole »,

Dans ce cas la variété n’a pas un patrimoine génétique ‘’pur’’ ou ‘’homozygote’’ elle est souvent le résultat de 2 parents très différents parfois issue de 2 espèces différentes cas des hybrides. Les graines obtenues de ces cultivars donnent des résultats très variables.

 

Une variété ou cultivar reproduite par graines, ce qui est le cas de toutes les graines potagères doit être issue de parents ayant les mêmes caractéristisques et cela depuis des générations. Dans ce cas toutes les graines sont génétiquement identiques et homozygotes pour tous leurs caractères en raison d’une consanguinité prolongée. Tous les individus d’une lignée pure ont un génotype quasi-identique.

 

Il en résulte qu’une telle lignée peut être définie morphologiquement et physiologiquement de façon très précise, tous ses individus, étant identiques (proche du clone), ne diffèrent les uns des autres que par des fluctuations négligeables. La lignée demeure stable au cours des générations successives, en l’absence de croisement naturel ou désiré avec une autre variété. La variation peut provenir d’une mutation, La lignée étant pure l’acclimatement n’est pas possible.

 

En botanique et en agriculture, les lignées pures sont obtenues par autofécondation forcée pendant 6 à 8 générations, par culture sélective des plantes, avec les individus correspondants aux critères choisis, les déviances sont supprimées. Ces lignées pures mises en culture sont les cultivars, et portent un nom,  le croisement de 2 lignées pures donne des hybrides F1.

 

Homozygote se dit d’un gène qui, chez un individu (animal ou végétal), sera représenté par deux allèles (des variantes de ce gène) identiques, sur un même locus.

Par extension, on parlera d’individu homozygote pour ce gène. Utilisé pour des jumeaux dits homozygotes

 

Beaucoup de cyclamens en particulier les persicums, mais aussi les hédérifolium, coum…..ont fait l’objet de sélections et présentent des coloris des fleurs de taille de feuilles ….et donnent des semis identiques aux parents ce sont donc non plus des cyclamens botaniques mais des variétés ! et portent un nom de cultivar. Par ex C. hédérifolium ‘Bowles Apollo’, ‘Ruby’.

De plus les persicums les cyclamens dits des fleuristes sont maintenant des cultivars tri- et tétraploïdes.

 

Hédérifolium-1n.jpg-2

DSCN1630

4 Multiplication

Multiplication des cyclamens :

 

Les tubercules peuvent être divisés comme les pommes de terre sous réserve de laisser dans chaque morceau un œil viable et une région portant des racines.

Ces deux conditions sont réalisables sur des variétés qui ont plusieurs points de croissance tels que les graecums, cependant il reste des problèmes de cicatrisation et de dessèchement, ce qui fait que la méthode n’est pas utilisée. Le semis reste le seul moyen de propagation semis naturel ou en pépinière

 

En conclusion : Vous possédez une variété magnifique issue d’une sélection rigoureuse le seul moyen de le multiplier est de faire une pollinisation protégée suivi d’un semis. Saul que le cyclamen étant principalement allogame il n’est pas certain que la pollinisation soit effective ! Moralité il est préférable d’avoir au moins 2 plants !

Vous possédez un Plant magnifique apparu par hasard …aucune chance ou peu de le multiplier à l’identique le cyclamen est entomogame et même une pollinisation protégée ne sera que le début du long chemin vers le cultivar.

 

Ceci explique qu’il n’y ait pas de cyclamens anciens comme pour les tulipes, jacinthes galantus….et qu’il n’y a pas de bourse et que les prix ne s’envolent pas comme pour les plantes de collections où les prix peuvent atteindre des montants astronomiques !

En Angleterre sévit la snow drop mania les prix monten jusqu’à 725 £

Vu sur le net américain 2 500 $ un bulbe de galantus nivalis

 

 

Le jardinier amateur trouvera dans les jardineries, fête des plantes, i commerce, des tubercules, certains peuvent être très gros (20 cm de diamètre) mais il faut faire attention les cyclamens supportent mal de rester hors de terre longtemps, il faut veiller lors de l’achat à ce que les tubercules ne soient pas tout ratatinés ! Les tubercules restent relativement chers il faut compter entre 3 et 10 € le tubercule suivant les variétés et espèces. Beaucoup des gros tubercules ne sont pas issus de la culture mais proviennent d’un arrachage sauvage dans leur milieu naturel !

 

Le cycle végétatif pour les cyclamens (excepté le pupurascens qui reste pratiquement en végétation toute l’année)

Repos estival il est sous les arbres en condition très sèche.

Aux pluies de fin d’été et d’automne reprise des activités

Floraison et feuilles en automne, hiver et printemps.

Entrée en repos estival avec perte des feuilles

Maturation des graines et récolte à la mi juillet des capsules.

Semis en fin d’été et levée des graines en 1 à 2 mois ou 1 an plus tard

 

Semis naturel

 

En semis naturel d’automne on retrouve au printemps au pied des adultes des quantités de bébés avec leur petite bille encore claire et leur feuille unique, ces bébés peuvent être récupérés j’ai utilisé un tournevis pour les replanter ailleurs, c’est une méthode que j’ai utilisée longtemps mais que je ne pratique plus, longue et pour récupérer peu de plants Maintenant je préfère le semis en pot, c’est plus efficace pour finalement moins de travail.

 

Semis en pépinière

 

Une règle en or les graines fraiches sont de loin préférables.

 

Les graines se récoltent en début d’été et faut les semer aussitôt.

Elles auraient un pouvoir germinatif de 5 à 10 ans ……

Il faut 2 à 3 ans de culture avant de voir les fleurs, exceptionnellement 1 an (Marité), la levée est lente et parfois capricieuse ! 1 mois minimum et parfois, 1 à 2 ans exceptionnellement 3 ! Dans des terres de récupération de semis j’ai encore des levées après 2 ans !

En particulier le purpurascens réputé de germination très lente et capricieuse surtout pour les graines achetées les miennes ne semblent pas avoir cette mauvaise réputation.

 

Des tests comparatifs ne m’ont pas convaincu de l’intérêt de faire tremper les graines contrairement aux recommandations usuelles !

 

Après 1 an de culture en pot mes plus gros tubercules ont un diamètre de 17 mm et ceux de 2 ans ont 40 mm soit la taille des tubercules achetés dans le commerce et qui sont vendu de 3 à 4 € pièce.

 

Les années passées j’ai semé dans les grandes caisses à poisson en polystyrène mais les grandes caisses une fois pleines sont très lourdes, (plus de 40 litres) pas assez hautes ni faites pour assurer un drainage efficace, la hauteur limitée de substrat séchait vite, et donc en caisse les cyclamens risquaient la noyade et la sécheresse !!! Il ne faut pas oublier que les cyclamens vont vivre dans leur caisse un minimum d’un an et parfois 2 ou plus ! et qu’en hiver les pluies peuvent être abondantes et que pour les cyclamens l’eau stagnante est le pire ennemi. Les caisses sont certainement parfaites pour ceux qui sont vigilants.

 

Le support de culture, est pour moi un mélange de compost végétal de la ville, de sable et de terre de jardin, il reste lourd comparé à celui vu en pépinière, et le compost de semis de pépinière vendu dans le commerce est très cher plus d’1 € le litre celui de la ville 1,5 € le m3.    Il me faut 2 m3

 

Le récipient qui actuellement me donne toute satisfaction est le pot classique de pépinière en plastique noir de 15 ou 25 litres, il est rigide se manipule bien raisonnablement lourd et permet une hauteur de drainage efficace et une bonne hauteur de substrat, et en moyenne je récupère de 80 à 150 tubercules par pot de 25 l après 1 an de culture ce nombre diminuant avec le temps. Au-delà de 4 à 5 ans les tubercules peuvent devenir énormes (20 cm). Juste après le semis les pots sont couverts d’un film noir. Dès le début de la levée (mini un mois) la bâche noire est retirée et les pots sont couverts de grillage à poule, protection contre les oiseaux, chats, chiens…. Et régulièrement protégés contre les limaces, surtout au début.

Attention le paillis mis en fond de pot favorise la prolifération des limaces qui y trouve un refuge confortable.

 

Les densités de semis dépendent du prix des graines, et des origines, celles provenant de la maison sont semées serrées peut être 200 ? par pot, un bon semis serait certainement tous les 2 cm environ et pour les graines achetées je sème un paquet (une variété) par pot soit10 à 25 graines. Je cultive les cyclamens achetés en pot au moins 2 ans les graines mettent parfois plus d’un an à germer en particulier les purpuracens.

J’utilise actuellement pour le drainage du bois broyé, et comme je récupère le substrat d’une année sur l’autre le broyat ne pose pas de problème de tri. Le bois broyé offre l’avantage d’être gratis, et léger et se recycle bien dans la terre.

La graine en germant va faire une courte tige suivie d’une petite boule rosée (souvent à fleur de terre) d’où repartira une tige avec un petite feuille en parasol cette petite boule rosée est le futur tubercule.

Au moment de la levée les limaces en sont friandes et font d’énormes dégâts.

 

Je laisse maintenant mes semis à l’extérieur plutôt sous des arbres, Je ne fais plus rien juste du désherbage, et parfois un peu d’arrosage ! et un peu d’engrais …..du 10 20 20 !

Avant je les rentrais sous serre c’était un gros travail de manutention pour un bénéfice incertain et plus de soins d’arrosage, en hiver le cyclamen a besoin d’eau.

Au printemps 2 solutions :

1)  fin d’arrosage on laisse le cycle naturel s’accomplir, chute des feuilles et en juillet août on récupère les petits tubercules d’un an ont la taille d’un ongle de pouce) et l’on peut replanter aussitôt. Des essais comparés montrent que les cyclamens réagissent bien à la fertilisation.

Ou garder en pot une année de plus ou plus mes pieds mères ont pour certains 10 ans

2)  les plants sont continuellement arrosés, ils ne se mettent pas au repos et ils grossissent plus vite, c’est habituellement ce que l’on trouve dans la littérature, mais l’expérience faite en 2010/2011 ou j’ai continué à arroser les cyclamens, ils ont perdu leurs feuilles et sont entré en repos végétatif d’été !

 

Un test comparatif démarré en juillet 2011 –  2 pots un au noir et l’autre sous vitre.

Il y a eu des levées dans le pot mis dans le noir plus rapidement, mais sitôt les premières levées (2 mois) j’ai découvert le pot, à la fin novembre les 2 pots ont des levées équivalentes sachant que les pots ont été placés sous serre fin octobre et que beaucoup de levées se sont faites mi-octobre et par la suite sous serre, mi-novembre la levée se poursuit. Les jours de soleil sous serre la température monte à près de 25 ° et la nuit elle descend à 9°.

Conclusion : Le noir absolu comme il est préconisé par les études américaine ne me semble pas une évidence, de plus cela oblige une surveillance accrue !

Expérience confirmée à la lecture du livre Christopher Grey-Wilson.

 

Conclusions : Des graines fraîches, une température voisine de 15°, le noir, et l’humidité sont les conditions optimales de réussite et probablement un substrat de culture comme celui que l’on peut trouver en pépinière…….léger pas besoin de drainage.

 

 

Plantation des tubercules

 

N’ayant trouvé aucune information pendant longtemps concernant la période de plantation des tubercules, l’idée basique a été de le faire pendant le repos végétatif, et donc en été quand les feuilles sont fanées. J’ai pratiqué ainsi pendant des années jusqu’à la lecture du livre de Christopher Grey-Wilson qui confirme cette pratique et précise le moment optimum – juste avant la reprise de la végétation-

 

D’une façon générale les cyclamens se plantent peu profondément 2 à 3 cm excepté le répandum qui doit être mis plus profond, mais tous les cyclamens supportent d’être mis en terre plus profond en zone ou le gel peut être plus fort mais sous réserve d’être dans un sol très bien drainé.

 

Des oublis de tubercules de cyclamens lors du recyclage de la terre prouvent qu’ils peuvent vivre et bien prospérer à des profondeurs de plus de 20 cm.

 

 

Maladies

 

Pour moi les seuls problèmes rencontrés sont les limaces et escargots et rarement la pourriture des tubercules probablement causée par un excès d’eau dans les pots, mauvais drainage.

 

Les pucerons

Les araignées rouges

Nématodes

mouches sciarides

Thrips

Othiorhynques

Souris et campagnol

Les oiseaux en particulier les merles qui grattent les plates bandes

 

Pourriture bactérienne erwinia cartovarum

Botrytis

Fusarium

Oïdium

 

Virus en particulier la mosaique

 

1 tableau des espèces

5 Fleurs et espèces

Quelles espèces planter

 

Distinction entre tous les cyclamens : A mon niveau je suis incapable de reconnaitre les différentes espèces, mais elles se distinguent par

Des époques de floraisons et de feuillaison différentes       2 Tableau de floraisons

Des tailles et formes de fleurs et feuilles différentes .                            3 feuilles

Diamètre de l’ouverture de la corolle

Présence d’auricules

Taches de couleurs veinage…etc

Des pédoncules de fruits en queue de cochon ou pas

Des feuilles qui pointent en l’air directement de la souche, alors que pour d’autres les pétioles des feuilles rampent dans le sol avant de s’élever

Les tubercules et les systèmes racinaires peuvent très différents.

Les parfums

 

Dans le livre Christopher Grey Wilson de il y a un plan de cheminement avec des questions qui permettent la détermination de l’espèce….et cela semble marcher !

 

 

 

Le cyclamen de perse faut pas rêver

Le cyclamen vendu en potée pour la maison est issu du cyclamen de Perse, qui est gélif, il ne résiste pas ou mal à l’extérieur craint le froid humide.

Pour l’instant l’espèce type et aucune variété n’ont été capables de survivre dans mon jardin….

Mais de longues sélections ont permis d’obtenir des variétés plus résistantes et des hybrides.

A noter la Société Morel du côté de Fréjus 1er producteur mondial de cyclamens où la base est toujours le cyclamen de Perse mais garanti une tenue de certaines variétés à – 7° mais d’autres craignent le gel répétitif, ou encore ils supportent des températures approchant le gel !!!

 

 

Metis®, Tianis®, Premium et Latinia® sont spécialement

testés chaque année pour leur bonne tenue en massif

d’octobre à mars. Les conditions climatiques peuvent

être très difficiles, jusqu’ à -7°C la nuit, du vent violent,

des pluies diluviennes, et même quelquefois la neige !

Portes ouvertes professionnelles en novembre.

 

Nos variétés craignent le gel sévère et répétitif, mais

elles sont sélectionnées pour supporter passagèrement

des températures jusqu’à -5°C.

 

Ils supportent alors des températures approchant le gel et résistent même à de légères chutes de neige.

 

 

2 espèces sont particulièrement à recommander

Le cyclamen hédérifolium (à feuille de lierre) ou de Naples à floraison automnale, il est de loin le plus commun, du blanc au rose foncé, et même rouge, les feuilles présentent souvent un graphisme vert foncé et blanc argenté comme la plupart des cyclamens. (Il est en fleur à la maison régulièrement à la mi-juillet et parfois début juin), certains cultivars sons odorants.

L’hédérifolium (Naples) présent un peu partout autour des maisons…la Roche Jagu

ils se sont si bien adaptés et depuis si longtemps que l’on pourrait croire qu’ils sont endémiques

Le cyclamen coum à floraison hivernale et début de printemps, avec des feuilles plus rondes.

Avec son cousin très proche l’élégans qui fleuri un peu plus tôt

Il faut noter que depuis que ces cyclamens sont cultivés les sélections ont permis de dégager de nombreuses variétés les sélections ont porté sur les fleurs taille, couleur, période de floraison, et aussi sur les feuilles couleur, graphisme.

Il est conseillé de ne pas mélanger les 2 espèces l’hédérifolium est beaucoup plus vigoureux et prendra le dessus.

J’ajouterai le cilicium que l’on commence à trouver dans le commerce et qui pousse et fleuri très bien en automne.

Le répandum sur la côte méditerranéenne réputé coloniser Bretagne et Normandie il semble bien s’implanter dans le jardin mais colonise moins vite. Dans le jardin le pseudibéricum semble prospérer gentiment ce sont des cyclamens de printemps.

 

Reste le pupurascens cyclamen extraordinaire fleuri tout l’été avec des couleurs magnifiques et extrêmement odorant. Il est réputé difficile !

Le purpurascens pousse naturellement dans les Alpes le seul calcicole et pratiquement en végétation toute l’année.

 

Les hybrides

 

Il n’existe aucun hybride naturel reconnu, d’une part le cyclamen s’hybride difficilement à cause de barrières d’incompatibilités entre espèces, et d’autre part les zones où il pousse sont souvent très éloignées et les époques de floraisons différentes.

Cependant il existe des hybrides créés par l’homme dans des séries de cyclamens possédant le même nombre de chromosomes ce nombre variant de 20, 30, 48.

 

Ces hybrides généralement ressemblent aux parents qui sont généralement assez proches. Ces hybrides sont féconds et en première génération (F1) le semis est homogène mais pas la suite la progéniture est très variable sachant qu’ils sont capables de retro-croisements.

 

Repandum et balearicum ou cretinum s’hybrident très facilement au point de devoir conserver les espèces pures.

De même Hederifolium africanum qui se ressemblent mais qui se différencient par leur résistance au froid.

 

Géranium de madère et des canaries qui s’hybrident au point qu’il devient très difficile de conserver  l’espèce pure, de plus ils s’hybrident avec le géranium de robert ou herbe à robert….

 

 

6 Plan large

Conclusion

 

Une chose est sûre, les marchands de cyclamens forains, boutique ou net ne sont pas producteurs ni connaisseurs, ils vendent ce qu’ils peuvent trouver. Même des pros comme les bulbes d’Argens ne sont que des revendeurs, et le marché de l’importation semble vraiment soumis aux règles de profit maximum peu importe la variété protégée ou pas ! Il faut vendre ! au besoin en changeant les noms !

Si l’on veut avoir un minimum de certitude il faut s’adresser à un cultivateur producteur sérieux.

 

Les cyclamens d’une manière générale supportent mal le dessèchement je rappelle que c’est en été qu’il faut les transplanter et donc attention aux tubercules vendus sous blister en hiver période où ils sont en pleine croissance.

 

Pour moi à la seule voie est celle du semis, de graines obtenues chez un producteur ou de ses propres plants mères !

 

P1590485

 

 

    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Hédérifolium hédérifolium           X X X X X X  
confusum X X                   X
Africanum                 X X X  
Coum coum X X                   X
Elégans X X             X X X X
Parviflorum     X X X              
Alpinum X X X X X             X
Pseudibéricum Pseudibéricum     X X X              
Cilicium Cilicium                 X X X  
Intaminum           X X X X X X  
Mirabile                 X X X  
Cyprium Cyprium X X             X X X X
Libanoticum X X X X X             X
Repandum repandum     X X X              
Peloponnesiacum     X X X              
Balearicum     X X X              
cretinum     X X X              
Pupurascens Pupurascens           X X X X X X  
Colchicum           X X X X X X  
Graecum Graecum                 X X X  
rohlfsianum                   X X X  
Drydeniae coum x alpinum     X X X              
Hildebrandii africanum x hederifolium                 X X    
Meiklei cretinum x repandum       X X X            
Saundersiae balearicum x peleponnesiacum     X X X              
Schwarzii libanoticum x pseudibericum     x x x              
Wellensiekii libanoticum x cyprium X X X             X X X
Whiteae graecum x hederifolium                 X X X  
Xx balearicum x cretinum                        
Xy cilcium x intaminum                        

 

Hédéx magenta sombre n

 

Conférence A Levasseur

21 avril 2018

 

Haut de page