Le Jardin de Thérèse Colombel (29)

 On ne présente plus le mari de Thérèse, Marc Colombel, éminent spécialiste des rhododendrons, expert reconnu au niveau mondial. D’ailleurs à l’entrée du jardin, tout contre la maison, un rhododendron broughtonii, un géant de 8m (…et encore, amputé d’un tiers par une tempête…nous fera remarquer Thérèse), était en pleine floraison ce matin d’avril. De quoi être impressionnés. Ce sujet extraordinaire planté là bien avant l’installation des Colombel serait à l’origine dit-on de la passion de Marc depuis les années 80 pour les rhododendrons.

Thérèse se fait plus discrète… et pourtant. Elle aussi est devenue au fil des années une experte reconnue au niveau international, dans un domaine végétal bien différent : celui des plantes alpines et de rocaille, pour lesquelles elle a développé une passion  et des connaissances très « pointues ». Son attirance toute enfant pour la montagne en fut l’inspiration première.

Pour créer son jardin personnel sur la façade sud, l’ancienne longère une fois restaurée, les Colombel ont charrié à l’époque des tonnes de pierres récupérées chez un agriculteur et transportées …dans leur Renault 4L et remorque. Thérèse  a ensuite disposé ces blocs (eh oui elle-même!) pour créer du relief et des pentes en conservant des affleurements rocheux. Ce relief assure un bon drainage aux plantes qui détestent l’humidité hivernale. Elle a aussi disposé quelques acer palmatum nains sur les buttes pour procurer de l’ombrage à celles qui ne tolèrent pas le plein soleil.

Ensuite Thérèse a introduit une multitude de plantes alpines et de rocaille ainsi qu’une collection de conifères nains tout à fait exceptionnelle. Nombre de plantes alpines étaient en fleurs lors de notre visite et pleines de couleurs : des gentianes de ce bleu intense incomparable, des rhodohypoxis (une plante vivace originaire des prairies d’Afrique du sud, de différents tons de rose et qui s’étale en tapis), des iris innominata, iris nains (20cm) que Thérèse avait découverts au USA non loin de la frontière canadienne. Les couleurs en sont variables, du jaune veiné de pourpre. Elle attend patiemment les nouvelles fleurs pour découvrir parfois de belles surprises. Thérèse repique, divise, remanie au gré de ses envies. Son jardin est tenu « au bouton », ôtant toute adventice avec deux doigts (« ma pince comme elle dit») chaque jour dès l’apparition de n’importe quelle plantule.

Chaque conifère nain (provenant au début d’Angleterre, des Pays-Bas, puis de Pologne …) est soigneusement étiqueté. La curiosité insatiable de Thérèse et son infatigable activité jardinière (qu’il pleuve, qu’il vente toute l’année, toute la journée…) ont abouti après 40 ans de recherches et de contacts – en Europe et au-delà- à ce qu’est son jardin aujourd’hui : épatant, suscitant l’admiration. Un jardin de collection botanique qui fait référence : des spécialistes viennent découvrir chez elle  des spécimens très rares.

Au cours de la visite Thérèse ne nous cachera pas son âge d’un regard pétillant de malice, 91 ans aujourd’hui. « Bon pied, bon oeil ». Avec humour, elle accompagnera d’anecdotes notre découverte de son jardin et nous précisera qu’elle continue bien sûr à déplacer des pierres avec sa barramine dès qu’elle le juge nécessaire. « Ah ! une pierre a bougé » remarque alors Marc Colombel. 

Nous ne pouvions clôre cette visite sans nous glisser justement dans l’autre jardin, celui de Marc et en sa compagnie. Il nous a montrés in situ son travail d’hybrideur, de la pollinisation et du semis aux rempotages successifs des jeunes plants. Il nous a décrits le sens de ses recherches, rapporté ses déceptions comme la fierté de ses réussites.  Il faisait très beau ce jour d’avril et nous avons profité du lieu pour déjeuner d’un pique-nique avec Thérèse et Marc Colombel, Marc nous offrant de déguster le réputé cidre de Fouesnant. Que tous deux soient infiniment remerciés. Assurément nous nous souviendrons de la visite de leurs deux univers.    

Balades et Jardins

27 avril 2022

Propriétaires: Thérèse et Marc Colombel

Fouesnant

Finistere